Dimanche 2 juillet : les foulées des Weppes

Le Moyen-Age et la Renaissance

Auteur ; admin on décembre 20, 2010  |   No Comments »
La Croix de Malte

La Croix de Malte

La mention du nom de Radinghem en 1168 figure au registre de l ‘ abbaye Saint-Pierre de Loos, qui possédait de nombreuses terres à Radinghem. Il faut savoir qu’ à l’ éqoque beaucoup de gens offraient des terres à l’église en rédemption de leurs péchés. A l’ époque le seigneur de Radinghem se nommait Jean on le nomme « miles » dans le registre, c’ est à dire chevalier en latin. Au XII ° et XIII° siècles, le village de Radinghem appartient en partie à des ordres religieux, sont cités par exemple la Table des pauvres, la collégiale Saint-Pierre de Lille, l’église Saint Piat de Seclin ou encore l’ ordre du Temple, qui possèdait par exemple la ferme du grand-maisnil située dans la rue Pontchel-Boutry, la ferme faisait partie de la commanderie templière de La Haie, à Canteleu-lez-Lomme (une commanderie était une circonscription administrative propre à l’ Ordre du Temple. En 1312, les Templiers furent accusés par le roi Philippe IV le Bel, de détourner des fonds, il les chatia en brûlant vif la majorité des chevaliers templiers. La ferme fut donnée à un ordre concurrent, l’ Ordre de Saint Jean de Jérusalem autrement appelé l’ Ordre de Malte.

La présence de ces moines-soldats fut bénéfique à la prospérité de la paroisse. Durant la guerre de 100 ans par exemple, le village fut épargné par les combats. Le village était aussi protégé des bandes de pillards qui étaient nombreuses dans la région à l’ époque. Le village de Radinghem bénéficia de cette protection jusqu’ à la Révolution car ce ne fut qu’ en 1789 que les Chevaliers de Malte furent chassés du village.

Le village de Radinghem appartint successivement à la famille de Fiennes, puis de Luxembourg, ce sont des familles de haute-noblesse, ils ne venaient que très rarement dans le village.Au milieu du XVI° siècle, la famille de Luxembourg qui possèdait la seigneurie de Radinghem s’ éteignit, le village passa donc dans la lignée des Comtes d’Egmont, vieille famille princière hollandaise qui faisait remonter ses origines au début du moyen-age. L’un d’ entre eux, Lamoral, Comte d’ Egmont et seigneur de Radinghem, il fut un général victorieux pour la couronne d’ Espagne, (et oui les Flandres étaient espagnoles!) dans les guerres contre la France (batailles de Saint-Quentin et Gravelines en 1557 et 1558) il fut même nommé gouverneur des province d’ Artois et de Brabant. Il était donc un serviteur fidèle la couronne espagnole. Cependant, il prit la tête de la révolte des gueux aux Pays-Bas protestants et en Belgique Catholique. Leur armée désorganisée finit par être défaite et après un procès expédiitif, Lamoral d’ Egmont fut décapité en Place de Bruxelles. La famille d’ Egmont possèda Radinghem jusque la fin du XVII° siècle. Happé par des fonctions de cour plus prestigieuses, il se désintéressa de ses possessions flamandes, c’ est alors que se présenta Jean-Pierre de Flandres, jeune homme issu d’ une famille de marchands lillois récemment anobli par le roi qui acheta en 1720 la seigneurie et le village de Radinghem au Comte d’Egmont. En 1720, le village s’ étend sur 635 hectares et a une population de 240 foyers (environ 720 personnes). Le village produit surtout du blé, colza, seigle. Mais la production agricole n’ est pas la seule, la production de lin, les filets et les toiles revendues aux marchands de Lille ou Armentières sont aussi importantes.

Tags:


Partager sur Facebook